La première maison imprimée en 3D et destiné à être habitée

La première maison imprimée en 3D et destiné à être habitée

La première maison imprimée en 3D et destiné à être habitée

Cette maison sera la première au monde respectant les normes de construction et est destinée à être habitée. Dans les travaux publics, l’impression 3D émerge. Utiliser l’impression 3D dans les travaux publics ou dans la construction de maisons, l’expérience a été réalisée depuis maintenant 3 ans dans divers pays du globe. Cependant, Yhnova une maison de 95m2 dont la construction lancé le mercredi 13 septembre 2017 à Nantes par le bailleur social Nantes Métropole Habitat, est singulière sur plusieurs points.

“ C’est la première fois au monde qu’une maison construite en impression 3D sera habitable et destinée à être habitée par une famille, car elle est respecte 100% des normes de construction françaises “ se réjouit Benoît Furet, responsable du projet à l’Université de Nantes et qui a conçu la technologie BatiPrint3D mise en oeuvre pour le projet et qui détient les brevets. “ C’est aussi le premier logement en impression 3D béton à être construit en public : ailleurs dans le monde, on ne les voit qu’achevés car les robots préfabriquent en usine des éléments assemblés sur site. Notre robot est le seul à fonctionner sur chantier “ poursuit-il. Les experts du secteur se déplacent en nombre pour voir l’élévation des murs, la seule partie qui a été construite par l’impression 3D béton (le reste de la maison est du BTP classique). La construction des murs n’a duré que seulement trois jours, et a tourné au ralenti afin de satisfaire la curiosité des visiteurs.

Un gain de temps

Le bras articulé du robot d’impression 3D élève les murs en injectant de la matière : tout d’abord deux parois en polyuréthane, qui forment un “sandwich” dans lequel est ensuite coulé le béton. Le polyuréthane reste en place, assurant ainsi l’isolation thermiques des murs, complété côté intérieur par une couche de placo plâtre.” Le polyuréthane est aujourd’hui un matériau imbattable par son faible coût, sa durabilité et ses excellentes propriétés mécaniques. Mais pour la suite, nous explorons les possibilités des matériaux biosourcés “, fait savoir Bruno Linéatte de chez Bouygues Construction, un des principaux acteurs du groupe formé pour réaliser le chantier. Afin de cerner la baisse des coûts permises par l’impression 3D il faudra sortir de l’expérimental, mais celle-ci représente déjà un gain de temps certain. ” L’élévation des murs d’Yhnova prend trois jours à deux maçons au lieu de trois semaines “ souligne Benoît Furet. Et, c’est le même constat dans les travaux publics, dans lesquels l’impression 3D sert à construire certaines pièces en béton. “ Le déversoir d’orage (pour l’évacuation des eaux) que nous avons posé en mai près de Lille a été imprimé en moins de neuf heures au lieu d’environ trois jours à deux personnes pour un chantier traditionnel, qui aurait demandé un temps de séchage et d’ajustement de la maçonnerie “ déclare Pierre-Emmanuel Thiard, dirigeant de Point P Travaux publics.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *